The freedom writers diary

En tant que nouvelle prof très idéaliste, à l’école secondaire où elle débute sa carrière, Erin Grüwell fait face à des étudiants qui la confrontent : « Elle ne tiendra pas une semaine ! » Elle s’adapte pourtant à la réalité implacable que vivent ces ados et, en utilisant des livres comme moyens d’identification, en leur parlant des effets de l’intolérance. Pour impliquer les jeunes dans leur propres décisions, elle leur donne à chacun un cahier qui deviendra leur confident. Ainsi prend forme le plus formidable des témoignages que le milieu éducatif ait eu à constater : Éduquer, ce n’est pas seulement enseigner de la matière mais aussi enseigner la vie, l’histoire, communiquer à travers des passions et des réalités humaines, sociales, pour que les barrières culturelles tombent. En écrivant leurs pensées et leurs émotions dans leur journal, en se nommant « Les Écrivains de la Liberté » en hommage aux activistes des droits civils ayant obtenus la reconnaissance des droits des noirs, la méthode innovatrice de la classe 203 a aidé les étudiants d’Erin Grüwell à graduer de l’école secondaire en 1998 et, pour plusieurs, à poursuivre leurs études à l’université. Ce livre publié en 1999 est un exemple incroyable qui démontre simplement comment un travail acharné, du courage et de la détermination ont changé la vie d’une professeure et de ses étudiants. Un film intitulé Écrire pour exister est tiré de cette formidable expérience de vie.

Vous retrouverez ce livre également en VF : Le journal des écrivains de la liberté.

Crédits VF: leslibrairies.ca

Abonnez-vous
error0

Raïssa, Rédactrice sur CallmeRaï, passionnée de Jésus, de médias et de lecture.

Leave a Comment